Zoom sur Le Mans Hypercar

L’Hypercar, projet mené conjointement par la FIA et l’ACO depuis 2018, est sur le point de faire son entrée en piste. Les premières voitures construites selon la réglementation Le Mans Hypercar 2021 ont déjà été dévoilées, d’autres se trouvent à un stade de développement avancé, et la première course du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA mettant en vedette cette nouvelle génération de voitures approche à grands pas.

 

 

UNE ÉVOLUTION MAJEURE

 

La nouvelle réglementation LMH représente une évolution majeure par rapport à celle de la classe LMP1 qu’elle remplace. Elle favorise en effet une plus grande diversité, tant pour l’approche technique que pour l’esthétique des voitures, tout en assurant l’équité sportive et en évitant l’escalade des coûts grâce au concept de fenêtres de performance.

Le Règlement Technique est axé sur le contrôle des performances plutôt que sur des restrictions en matière de design ou de géométrie, ce qui laisse aux constructeurs le choix d’opter pour des solutions économiques puisque des dépenses massives n’apporteront pas de gains de performance.

Cette autonomie leur permet non seulement de reproduire l’identité de la marque et l’architecture originale, en respectant l’esprit « maison » et en restant en adéquation avec leur conception de la voiture routière, mais aussi d’exprimer tout leur potentiel en termes de créativité et d’innovation. L’assouplissement des contraintes aérodynamiques leur offre en outre la possibilité de personnaliser le design.

Comme pour la classe LMP1, des unités de puissance hybrides ou non hybrides, avec transmission à l’essieu arrière ou aux deux essieux, sont autorisées.

 

 

FENÊTRES DE PERFORMANCE

 

Le principe des fenêtres de performance constitue une nouvelle approche réglementaire de la catégorie reine du FIA WEC. Il repose sur l’application d’une méthodologie précise et moderne de mesure des paramètres de performance, combinée à l’expertise en matière de processus efficaces d’acquisition et d’analyse des données.

Plutôt que de soumettre le processus de conception à des exigences géométriques, la FIA et l’ACO ont préféré superviser le résultat. C’est là qu’intervient le concept de fenêtres de performance, qui fixe des valeurs minimales et maximales pour des éléments tels que la puissance et l’aérodynamique, chaque voiture devant s’adapter à ces fenêtres. La puissance est fixée à 500 kW, le poids minimum à 1030 kg.

Lors du processus d’homologation, les voitures sont évaluées en soufflerie, la carrosserie est analysée, tandis que les performances du moteur sont mesurées directement sur la piste à l’aide de couplemètres. L’objectif est de s’assurer que les voitures s’inscrivent bien dans les fenêtres de performance.

La conception des voitures est ensuite « gelée » pour leur cycle d’homologation (cinq ans pour les voitures développées pour la saison 2021), ce qui garantit qu’elles resteront inchangées pendant toute leur durée de vie. Des exceptions ne seront envisagées que dans des cas particuliers, tels que des problèmes de fiabilité ou des déficits de performance avérés.

Les critères de performance étant clairement définis, les constructeurs sont libres de choisir la solution technique la plus rentable, sans avoir à se soucier de l’optimisation à tout prix dans le respect des contraintes réglementaires.

 

 

ÉQUILIBRE DES PERFORMANCES ADAPTÉ

 

Afin d’assurer l’équité sportive, la FIA et l’ACO s’appuient sur la formule de l’équilibre des performances (BoP ou Balance of Performance en anglais) mise au point conjointement par les deux parties. La formule BoP Hypercar a été adaptée spécifiquement aux besoins de la nouvelle catégorie, en exploitant les connaissances et l’expérience acquises au fil des ans.

La FIA et l’ACO utilisent la BoP depuis longtemps. La FIA a commencé à équilibrer les performances des voitures dans les courses de GT au milieu des années 2000, depuis elle ne cesse d’améliorer le processus. Chaque année, plus de 40 épreuves approuvées par la FIA utilisent la BoP, de la Coupes du Monde Tout-Terrain de la FIA à la Coupe du Monde des Voitures de Tourisme de la FIA, en passant par les courses de GT, catégories GT3 et LMGTE comprises. Les meilleures pratiques en vigueur et les enseignements tirés ont été pris en compte dans le développement de la BoP Hypercar.

Parmi les solutions les plus innovantes, il faut citer les couplemètres, qui permettent un meilleur contrôle des paramètres du groupe motopropulseur sur circuit. Ces capteurs, résistants au champ électromagnétique et à la chaleur, sont appliqués sur les arbres de transmission des voitures pour mesurer et limiter la puissance allouée par la BoP. Cette technologie récente est un outil efficace de limitation des coûts.

Cette année, les LMP1 non hybrides seront admises à concurrencer les voitures LMH dans la catégorie reine, avec des performances équilibrées. En 2022, le règlement autorisera les monoplaces LMDh, développées conjointement par l’ACO et l’IMSA et partageant certains composants avec la prochaine génération des LMP2, à courir dans la classe Hypercar du FIA WEC aux côtés des LMH.

 

 

MESURES DE RÉDUCTION DES COÛTS

 

L’un des principaux objectifs du concept LMH étant d’éviter l’escalade des coûts, plusieurs autres mesures d’économie budgétaire ont été prises.

La saison 2021 inaugure le cycle d’homologation LMH, les essais seront donc supervisés. Le recours à une technologie et à des matériaux coûteux est fortement limité. Le poids minimum de la boîte de vitesses est fixé à 75 kg, l’utilisation de boîtiers et de cloches d’embrayage en magnésium ou en aluminium est obligatoire.

La suspension est également simplifiée, avec des doubles triangles obligatoires, et les aides telles que les systèmes actifs et amortisseurs à masse sont interdites.

Il est également permis d’utiliser un seul kit aérodynamique, que ce soit au Mans ou lors des autres courses. Afin de maîtriser les coûts de développement, les pneus sont exclusivement fournis par Michelin avec des dimensions différentes pour les voitures à propulsion arrière et pour celles à quatre roues motrices. Par ailleurs, une production d’énergie plus faible entraîne des coûts de développement moins élevés pour les unités de puissance.

 

 

AMÉLIORATIONS DE LA SÉCURITÉ

 

La sécurité étant la priorité absolue pour tout projet de la FIA, le règlement LMH prévoit un certain nombre d’améliorations en la matière.

En raison du haut niveau de performance atteint par les voitures, tous les concurrents doivent prouver lors de l’homologation que leur aérodynamique reste stable en fonction des différentes attitudes de la voiture, dans les limites définies par un tableau des vitesses critiques.

Les normes de sécurité de l’habitacle LMP1 ont été mises à jour. La position assise est plus droite, ce qui réduit le risque de blessures à la colonne vertébrale lors d’accidents graves. Ces progrès sont le résultat de recherches approfondies menées à la suite de plusieurs accidents réels ainsi que de simulations d’accidents à l’aide du modèle virtuel de corps humain THUMS. Outre les essais de charge menés sur les sièges, des essais de charge des ancrages des sangles de sécurité ont été introduits.

Le rembourrage pour les jambes est désormais obligatoire et un nouvel essai de charge a été introduit pour le panneau intérieur de protection des jambes. Afin de garantir une meilleure capacité d’absorption de l’énergie lors des chocs frontaux, l’appui-tête a été renforcé. Les spécifications du réservoir de carburant ont également été améliorées.

 

 

Richard Mille, Président de la Commission Endurance de la FIA : « Le Mans Hypercar devrait séduire à la fois les constructeurs et les fans, avec ses voitures spectaculaires et un niveau de compétition élevé. Nous verrons une plus grande diversité parmi les concurrents, alors que l’approche réglementaire permettant de mieux contrôler les coûts est nécessaire dans le contexte économique actuel. »

 

Pierre Fillon, Président de l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) : « Hypercar marque un tournant pour l’Endurance. Cette nouvelle top-catégorie, aux coûts maîtrisés, promet un bel avenir pour notre discipline. Le retour de grands constructeurs nous réserve de grandes batailles en piste. »

 

Communiqué de presse FIA, Crédit Photo : FIA