Il était une fois les groupe C: 24 heures du Mans 1990 , partie 2.

4.1/5 - (20 votes)

LES ESSAIS

 

Afin de permettre aux concurrents de mieux appréhender le nouveau tracé et ses deux chicanes, L’ACO avait décidé d’augmenter les séances du mercredi et du jeudi de 30 minutes chacune. Dès le mercredi Nissan frappe fort en s’emparant des première,  seconde et quatrième places. Geoff Brabham sur la numéro 83 signe un 3’33 »28 prometteur sachant que les 2 chicanes font perdre au bas mot vingt secondes. Au troisième rang on trouve la Porsche 962 Joëst de Stuck qui concède plus de deux secondes à la meilleure R90CK.

 

 

La plus rapide des Toyota est septième en 3’39 »55 ( Lee) , elle précède la première Jaguar emmenée par Davy Jones en 3’40 »24.

 

 

 

Chez Mazda la nouvelle 787 et ses carénages de roues arrières bientôt abandonnés s’octroie les douzième et treizième temps en 3’43. En C2 le team Mako et sa Spice sont en tête avec un temps de 4’02 »56 pour Robbie Sterling. La séance du mercredi est marquée par la sortie de route de Jonathan Palmer et la Porsche Joëst numéro 8. Cette mésaventure intervient entre les deux nouvelles chicanes,  la 962 s’envole même après avoir heurté le rail. Le Britannique est indemne contrairement à son auto. Il ne prendra pas part à la course contrairement à Bob Wollek transféré sur la numéro 9 et Philippe Alliot en partance pour…. Kremer !

 

Les essais du jeudi continuent d’opposer Nissan et Porsche pour la pole position. Surprise ce n’est pas Joëst qui challenge les Japonais mais Brun avec son modèle tout neuf en mode sprint et Oscar Larrauri auteur d’un 3’33″06. La réponse de Nissan sera ébouriffante : Mark Blundell et la numéro 24 signe un époustouflant 3’27″02 !!!!

 

Mis à part la numéro 84, les trois autres Nissan usine se placent derrière la Porsche Brun précédant la Joëst numéro 7 et les trois meilleures Jaguar. La première Toyota est dixième en 3’37″13, les Mazda n’ont pas amélioré leurs temps. La Cougar de pointe terminé vingt cinquième  en 3’44″34. En C2 Robbie Sterling fait parler la poudre en 3’50″69 avec sa Spice Mako, précédant les Spice Lombardi et Graff de presque 7 et 9 secondes !! Accessoirement il devance 4 C1 ( Lancia , Cougar et les 962 Lee Davey) et ne concède que 2’54 à la « grosse » Spice C1 usine.

 

 

Malheureusement quatre concurrents ne se qualifient pas: L’ Argo dont le moteur fonctionne mal. La Spice C1 du GP motorsport qui a rapidement cassé 2 moteurs en 2 jours. La Norma qui, fait exceptionnel,  n’aura même pas bouclé un tour, le moteur MGN ayant été démonté le mercredi sans être réinstallé dans l’auto. L’Eagle dont le moteur surchauffe et qui aura bouclé quelques tours seulement avec Paul Canary au volant.

 

 

LA COURSE

 

 

Le premier coup de théâtre intervient dans le tour de chauffe  la Nissan numéro 25 d’Acheson s’arrête en panne de transmission ! 48 autos prennent le « vrai » départ. Blundell et la R90CK en pôle se porte en tête mais ne peut décrocher l’étonnante 962 Brun de Larrauri.

 

En troisième place la R90CP de Hoshino précède les trois meilleures Jaguar mais à bonne distance du duo de tête ( 13″ après 2 tours). Chez Joëst ça commence mal avec des 962 difficiles à conduire permettant à Kremer de pointer second ( 10ème) du groupe compact de Porsche.

 

 

En GTP surprise! La  » vieille » 767B est en tête grâce à un appétit plus mesurée que les nouvelles 787. Lombardi pointe en tête du C2 devant Chamberlain et Graff, la Spice du team Mako connaissant des soucis de vapor-lock. D’autres concurrents sont déjà en difficulté : la Tiga (allumage), la Lancia (boîte de vitesse) ou la Porsche Lee Davey numéro 19 qui perd une roue. Au début de la deuxième heure Nissan conserve la tête mais Jaguar se rapproche avec la numéro 1 qui, pilotée par Michel Ferté,  s’empare de la deuxième place au détriment de Larrauri. P.H. Raphanel se fait une belle frayeur en sortant de la route à Mulsanne suite à un problème de frein: la Toyota numéro 38 va perdre 27 minutes au stand et repartir avant avant dernière loin de ses sœurs actuellement douzième et vingt -quatrieme.

 

 

La Nissan numéro 24 est toujours en tête en troisième heure devant la Jaguar XJR12 numéro 1 et la Nissan numéro 23. La 962 numérob16 est tombée à la septième place derrière les Jaguar numéro 3, 2 et 4. La Mazda numéro 202 connaît des coupures moteur dans le virage Ford et perd 17 minutes,  c’est la 767B qui domine toujours le mini groupe des GTP devant l’autre 787 et la Porsche Momo. En C2 Lombardi est toujours en tête devant les Spice Graff et PC automotive. La Cougar de Farjon est « out », le Tourangeau sortant de la route dans la courbe Porsche en voulant faciliter le passage d’un leader!

 

Plusieurs 962 souffrent de problèmes de frein ( Italya, Brun numéro 15) ou même d’un coupe batterie fantaisiste ( Kremer numéro 10) ce qui entrainent de grosses chutes au classement. En tête cinq voitures sont toujours dans le même tour et Jaguar entame la quatrième heure au premier rang avec sa numéro 1 mais les positions évoluent en fonction des ravitaillements des uns et des autres. Surprise en GTP ou la 962 Momo prend la tête profitant d’une purge de frein puis d’un changement de capot sur la Mazda 767B.

 

En C2 l’ALD renonce sur problème de demi- arbres malgré les efforts de Jacques Heuclin. Il est 20h21 quand la Toyota numéro 37 de Suzuki et la Nissan numéro 24 alors troisième s’accrochent au ralentisseur Dunlop. La 90CV est détruite,  le Japonais indemne mais Brancatelli réussit à rentrer au stand et repart sixième à 2 tours après réparation à l’avant. Ceci fait les affaires de la Porsche Brun remontée quatrième à 21 heures derrière les Nissan 83 et Jaguar 3 et 1. Pendant que la Cougar numéro 12 abandonne moteur cassé, la Jaguar numéro 1 passe en tête mais les écarts restent faibles avec ses 3 rivales Japonaise,  Anglaise et Allemande. A noter que Brun et Pareja vont maintenant essentiellement se relayer au volant de la numéro 16, Larrauri étant diminué par son accident du matin en Renault 21 Europa cup!

 

 

Chez les Porschistes l’étonnante Alpha Japonaise fait jeu égal avec les meilleures Joëst plutôt décevantes et la Cougar rescapée n’est pas loin au treizième rang à la tombée de la nuit. En C2  la Spice Lombardi connaît des soucis de boîte de vitesse à 22h30 et perd 1h15. Piper- Iacobelli-Youles passent en tête sur celle du PC automotive devant Graff et Chamberlain. La Porsche Momo domine toujours le GTP, les Mazda rencontrant des soucis divers. Du côté des  » gros bras » Nissan est leader à 23 heures, la numéro 83 précédant la Porsche Brun et les XJR12  numéro 4, 2 et 3. Rien n’est joué même si la R90CK creuse petit à petit l’écart sur l’allemande et les Anglaises. Les numéro 24 et 23 sont respectivement sixième et septième. Catastrophe chez Graff racing ou il faut changer le solénoïde de démarreur,  de quoi perdre 2 heures et pointer à 23 tours du PC automotive!

 

A minuit la moyenne des leaders est de 206, 44 km/h , elle va baisser à partir de 00h45 quand le pace car entre en piste pour un petit quart d’heure. La Lancia Mussato en est la cause: Fabio Magnani victime d’une incompréhension avec Sekiya et sa Toyota sort de la route entre Mulsanne et Indianapolis. La Lancia décolle  et finit sa course dans des arbustes en prenant feu. Fort heureusement Magnani n’a que quelques coupures ou brûlures légères.

 

En tête à 1h du matin, Brabham-Robinson- Daly précèdent  Larrauri-Brun-Pareja et Nielsen-Cobb, Salazar étant mis hors jeu pour permettre à Brundle de rejoindre la meilleure XJR12 le temps venu!! En C2,  le trio de Spice de tête se mue en duo avec l’ADA troisième à 6 tours du leader . La SE 90 de Chamberlain prend très provisoirement la tête vers 2h du matin. Deux Porsche quittent la scène : la Primagaz/ Obermaïer numéro 26 alors dix septième et le leader du GTP Gianpaolo Moretti qui occupait le vingtième rang. Le team Alpha neuvième continue de bien se comporter en plaçant sa 962 en configuration sprint entre les deux Joëst « usine » numéro 7 et 9.

 

Dans ce groupe on trouve un poil plus loin la Toyota numéro 36, la Porsche Schuppan numéro 33 et la Cougar numéro 13. Toyota, à défaut de taquiner Nissan, semble effectuer une course  » à l’ancienne  » ou la régularité prime. Le quinté de tête perd une unité avec l’abandon sur problème d’embrayage de la Nissan de Brancatelli. A noter que les Nissan privées sont très discrètes aux vingt-cinquième (Courage) et vingt-septième places ( team Le Mans).

 

A mi- course c’est la Jaguar de Nielsen- Cobb qui est en tête devant la Nissan numéro 83, la Jaguar numéro 2 de Lammers-Wallace-Konrad, la Porsche Brun et la Nissan Japonaise de Hoshino-Hasemi-Suzuki. Le PC automotive a repris les commandes du C2 et seules deux Mazda poursuivent leur route en GTP,  la numéro 201 ayant renoncé peu avant 3h sur fuite d’huile moteur. Neuf abandons seulement sont dénombrés.

A SUIVRE ….

 

La partie 1: Il était une fois les groupe C….. les 24 heures du Mans 1990, partie 1

La partie 3: Il etait une fois les groupe C : 24 heures du Mans 1990

 

Crédit photos : Philippe Morinière, Nino Barlini, Stéphane Cavoit.

 

 

 

 

Translate »