Quels pilotes pensez-vous voir arriver chez Peugeot ?

La question commence à animer la toile depuis quelques temps. Quels sont les pilotes qui devraient rejoindre la firme au lion pour son arrivée dans le WEC en 2022 ? Il se dit que les 6 pilotes seraient déjà choisis. Tout cela n’est que pure spéculation puisqu’aucune info n’a filtré jusqu’à ce jour et apres avoir dévoilé en septembre dernier, les premieres esquisses de son prototype puis son groupe motopropulseur en décembre, il semblerait logique qu’une prochaine annonce porte sur les futures pilotes titulaires.

 

Alors qui pour monter derrière le volant de la future hypercar Peugeot ? Les débats sont animés au sein de la rédaction d’intenséMans.fr mais on est tous d’accord pour citer un premier nom. Mais avant cela, il est intéressant de découvrir le processus de sélection des futures pilotes : En effet, le directeur technique du programme Peugeot Sport Olivier Jansonnie avait expliqué au début de l’hiver que Peugeot Sport commençait juste à analyser toutes les données des temps au tour réalisés en endurance, dans le Championnat du Mode d’Endurance et également dans le Championnat Européen d’Endurance (ELMS) sur les 5 dernières années afin d’établir une base de données de pilotes et leurs performances. Ensuite cette base de données donnerait une shortlist des pilotes les plus performants. Puis viendrait le temps d’une sélection plus sélective suivant différents critères comme la capacité à travailler en équipe et le retour d’informations auprès des ingénieurs.

Le premier nom en qui nous croyons quasiment tous au sein de la rédaction est Jean Eric Vergne. Il apparait comme le candidat idéal, et encore plus comme favori, étant déjà pensionnaire au sein du groupe Peugeot en portant les couleurs de la marque DS en Formule E avec Techeeta avec qui, il a remporté 2 fois le championnat. A seulement 30 ans, il bénéficie d’une grande expérience des 24 Heures du Mans et d’un passé en Formule 1. Il est également ambassadeur au sein de DS Automobiles pour promouvoir l’électrification au sein de la marque française.

 

D’autres noms de pilotes français circulent sur la toile et sont certainement présents dans les cv déjà déposés ou à venir sur le bureau de Jean-Marc Finot, directeur de Peugeot Sport car ne nous y trompons pas, les 24 Heures du Mans est l’objectif ultime à réaliser par son prestige et son impact marketing. Une victoire aux 24 Heures du Mans a plus de valeur qu’une victoire à une manche lointaine du WEC. Et pour cela, pourquoi ne pas faire appel à d’anciens pilotes victorieux au Mans ? On pense notamment à Loic Duval, vainqueur avec Audi en 2013, Romain Dumas, vainqueur en 2010 avec Audi et 2016 avec Porsche en LMP1 et 2013 sur Porsche en GTE Pro, Nicolas Lapierre, quadruple vainqueur en LMP2 en 2015 avec KCMG et en 2016, 2018 et 2019 avec Signatech Alpine et surtout ancien pilote titulaire chez Toyota Gazoo Racing. Justement, il pourrait être intéressant pour Peugeot de récupérer un pilote à la concurrence, on pense immédiatement au pilote argentin, José Maria Lopez, champion du monde WEC 2019-2020 et pilote titulaire chez Toyota Gazoo Racing depuis 2017, il a terminé à 3 reprises sur les marches du podium au Mans (2ème en 2018 et 2019, 3ème en 2020), 3 fois champion du monde WTCC (2014, 2015 et 2016) avec Citroën Racing.

 

Bien évidemment quand on parle des 24 Heures du Mans, on ne peut que penser à l’enfant du pays en la personne de Sébastien Bourdais, il compte à son actif 14 participations aux 24 Heures du Mans dont 1 victoire en 2016 avec Ford en GTE Pro et a fait partie du programme Peugeot 908 entre 2007 et 2011. N’oublions pas également qu’il a été champion en Champ Car 4 fois (2004, 2005, 2006 et 2007). Pour finir avec les pilotes français, différents noms nous viennent à l’esprit, Thomas Laurent par exemple avec 2 podiums au Mans à seulement 22 ans, surtout qu’il a été pilote essayeur chez Toyota Gazoo Racing, remplacé depuis par Nyck de Vries (on en reparle plus loin). On pense également à Paul Loup Chatin (Champion ELMS 2019), Matthieu Vaxivière et Norman Nato (entre autres).

 

Comme vous pouvez le voir, des pilotes avec des cv aux palmarès impressionnants ne manquent pas ! Au delà du discours politiquement correct de Peugeot Sport à la recherche de profils mélant expérience et jeunesse, nous prenons le pari qu’il y aura aussi des pilotes de nationalités correspondant aux objectifs Marketing de la marque au lion et si ils apportent des sponsors locaux, cela serait encore mieux ! Sur la page du groupe PSA, on peut notamment lire que hormis le fait d’y posséder 2 usines, l’objectif est de multiplier par 2 les ventes entre 2016 et 2021 et surtout lancer 16 nouveaux modèles à l’horizon 2021 au Brésil et en Argentine (le nom de José Maria Lopez revient sur le bureau), nous imaginons de suite un Bruno Senna au volant de l’Hypercar Peugeot. Déjà rien que le nom impressionne mais le talent du pilote Brésilien n’est plus à démontrer en endurance.

 

Coéquipier de Jean Eric Vergne, Antonio Felix Da Costa, champion en titre en Formule E et 3 participation aux 24 Heures du Mans, c’est un candidat sérieux puisqu’il est, tout comme JEV, intégré à la famille Peugeot. Nous parlions du Brésil avec Bruno Senna, n’oublions pas Pipo Derani, Brésilien également et surtout victorieux aux 24 Heures de Daytona et aux 12 Heures de Sebring. Nous parlions auparavant de Nyck de Vries qui a remplacé Thomas Laurent au poste de pilote essayeur, le pilote néerlandais a montré d’excellentes performances et est capable de remontées spectaculaires, on se souvient encore des 6 heures de Fuji 2019… Le Belge Steffel Vandoorne pourrait également prétendre à prendre le volant avec un passé en Formule 1 et un podium pour sa participation aux dernières 24 Heures du Mans. Filipe Albuquerque, le pilote portugais est un des meilleurs en 2020, Champion du Monde en WEC, ELMS et vainqueur des 24 Heures du Mans, rien que ça en 2020 en catégorie LMP2 et un candidat plus que sérieux. Et enfin pour terminer cette liste non exhaustive, on pense également à Nico Hülkenberg, qui a montré une capacité hors norme à s’adapter à une nouvelle voiture en un week end pour remplacer au pied levé Sergio Perez au GP de F1 à Silverstone, en se positionnant 3ème sur la grille et terminant à la 7ème place. N’oublions pas sa victoire aux 24 Heures du Mans 2015 sur Porsche en LMP1. On pense également à Gustavo Menezes, l’Américain de 26 ans a remporté la catégorie LMP2 aux 24 Heures du Mans en 2016 avec l’Alpine Signatech. Aux dernières 24 Heures du Mans avec la Rebellion, il s’est interposé entre les 2 Toyota sur la ligne de départ.

 

Comme vous avez pu le voir, la liste peut vite se remplir avec des pilotes tous plus talentueux les uns que les autres mais n’oublions pas, Peugeot n’engagera que 2 voitures à plein temps, peut être une troisième au Mans, ce qui fait 6 places permanentes et éventuellement 3 en plus pour le Mans. Les premiers roulages sont prévues pour fin 2021 avec une arrivée en cours de saison 2022, D’ici là, beaucoup de choses peuvent changer, alors quels sont vos favoris ?

 

Crédit photos : Peugeot Sport

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ou cette photo ? Faites le nous savoir en mettant une note, Merci ! ! !