Il y a 40 ans, Ickx et Bell remportaient les 24 Heures du Mans sur la Porsche 936/81

Porsche et les 24 Heures du Mans restent indissociables. Quand nous parlons d’un de ces protagonistes du sport automobile, nous ne pouvons ne pas évoquer l’autre. Porsche au Mans, c’est 108 victoires de catégories et 19 victoires au général depuis 1951, date de la première participation de la marque allemande à la classique mancelle. Porsche dans le cadre de ce qu’ils ont nommés Les Moments Porsche propose une série de vidéo revenant sur quelques faits marquant de l’histoire de Porsche au Mans.

 

Dans cette vidéo, nous retrouvons Timo Bernhard et l’ingénieur de course Norbert Singer pour évoquer la victoire de la Porsche 936/81 Spyder avec au volant, Jacky Ickx et Derek Bell. Ce dernier, d’ailleurs officiera en tant que Grand Marshal aux prochaines 24 Heures du Mans, 40 ans après cette victoire au Mans 1981. La Porsche 936, qui participait pour la première fois à une course, a gagné avec 14 tours d’avance – ou pour le dire autrement, avec presque une heure d’avance sur son poursuivant », explique l’ingénieur de course Norbert Singer, qui a joué un rôle important dans 16 victoires au classement général remportées par Porsche au Mans. « La décision de participer aux 24 heures en juin a été prise quelques mois auparavant. Nous avons dû nous dépêcher et installer un moteur biturbo de 2,65 litres dans la 936/81 Spyder sans plus tarder. Avec une puissance de plus de 620 ch, c’était l’une des voitures les plus puissantes du peloton. Un petit effort qui a conduit à un grand succès » explique Norbert Singer.

 

La deuxième partie de la vidéo se concentre sur la 924 GTP Le Mans, gagnante de sa catégorie toujours lors de l’édition de 1981 avec la présence de Walter Röhrl. Le champion du monde des rallyes Walter Röhrl et le vainqueur du Mans Jürgen Barth sont partis en mission secrète il y a quatre décennies. Leur Porsche 924 GTP Le Mans était un prototype de la future 944 avec un nouveau moteur de 2,5 litres, qui devait être livré neuf mois plus tard. Le duo de pilotes a terminé septième après 24 heures et a remporté à la fois la classe GTP ainsi que le prix du temps d’arrêt global le plus court. « Quand je repense au Mans 1981, je me sens tout de suite 40 ans plus jeune. Les autres concurrents m’ont dépassé pendant la journée, mais la nuit, ils ne voyaient que mes feux arrière », explique Röhrl en riant, car en tant que pilote de rallye, il avait l’habitude de conduire la nuit et de garder une vue claire de ce qui se passait dans l’obscurité. « À l’époque, le sport automobile était le meilleur endroit pour tester les développements et obtenir des informations sur la production en série », ajoute le Bavarois.

 

Crédit photo / vidéo : Porsche