Romain Dumas : 2022 avec Glickenhaus, 2023 avec Porsche ?

4.3/5 - (6 votes)

La saison 2022 s’annonce intense pour Romain Dumas même si la saison 2021 n’est pas encore finie et reste sur l’intensité qu’on lui connait. Romain évoque son avenir en endurance et les jours à venir sont décisifs. « L’idée et le souhait pour moi, ça serait oui. Parce parce je pense qu’aujourd’hui, après Toyota. C’est la meilleure option. Forcément si tu es avec un constructeur comme Toyota, tu as toutes les chances de l’emporter. Derrière eux, je pense que la 007 est la meilleure voiture qu’il y ait actuellement. Pour 2022 en tout cas. Si je peux refaire Le Mans avec eux, voir plus, ça sera avec grand plaisir. Il y a déjà des discussions qui ont commencé. Pour Jim Glyckenhaus, c’est déjà acté ! Maintenant, il faut qu’on discute.”

 

L’idée d’une seconde saison avec la Scuderia Glickenhaus est un plus qu’une simple idée puisqu’il évoque franchement la saison 2022 avec l’écurie américaine et cette fameuse BOP revient toujours au centre de l’échange en excluant totalement un ralentissement des Toyota. « Je pense que c’est nous qui devrons être un peu plus rapides. Ça serait absurde de ralentir Toyota. Ils ont développé une voiture et travaillé pendant un an. Ça serai encore pire de leur dire qu’il faut qu’ils ralentissent. Surtout que l’année d’après, d’autres vont arriver. »

 

 

L’arrivé des nombreux concurrents dans les années à venir risque d’être un casse tête pour réguler les différents types de technologies, même si en piste la bataille promet d’être intense entre les Hypercar et LMDh. L’Automobile Club de l’Ouest aura la lourde tache de mettre tout le monde sur un même pied d’égalité. La période de développement de ces constructeurs va commencer pour certain, Toyota qui possède un an d’avance, voir deux sur certains, à l’avantage mais sert également guide pour ces nouveaux arrivant. Par le passé, le trio Audi, Porsche et Toyota avaient des technologies bien différentes, et le résultat en piste était très homogène. « L’organisateur va arriver devant un problème compliqué, il ne faut pas oublier que les autres constructeurs vont aller sur les circuits et vont comparer leurs performances, ça sera le cas de Peugeot, Porsche quand la voiture sera prête et pareille pour les autres Hypercar. À un moment donné, il faudra quand même que cette BOP soit stable. Sinon, ça risque d’être compliqué. Je leurs souhaite beaucoup de courage. Si je regarde quelques années en arrière par le passé, dans les années 2014, 15 et 16. On avait des LM P1 complètement différentes en termes de technologie.. Dès 6 mégajoules, 8 mégajoules et 12 mégajoules. Avec des moteurs 4 cylindres chez nous, chez Porsche. Contre des V8. Avec des systèmes hybrides à l’avant, l’autre à l’arrière. Les voitures étaient tellement différentes que c’est sûr que certains n’ont rien compris. Et pourtant, tout le monde a roulé à la même vitesse dès les premières courses. Là, on pouvait dire qu’ils maîtrisaient vraiment leur sujet. Quand je vois la dernière course de WEC. Ce qui s’est passé en GTE avec le changement de BOP avec Ferrari, d’une extrême à l’autre, je me dis que ça fait un peu peur quand même. D’un côté, je suis confiant, et de l’autre, assez sceptique. »

 

 

Porsche revient aux 24 Heures du Mans avec un prototype LMDh en 2023 et donc dans le Championnat du Monde d’Endurance. En tant que pilote officiel Porsche depuis 2004, le natif d’Alès a un œil sur le projet. « Forcement je sais ce qui se passe, après qu’est ce qui va se passer chez nous, chez Porsche en interne ? Je ne sais pas ! Pour le moment la voiture ne roule pas. Il y a de l’engouement pour de la compétition client. On sait pas comment ça va être géré. Déjà, comment ça va se passer la cohabitation entre la compétition client et les usine et donc pour la victoire au Mans ? Ça s’est déjà fait mais avec un seul constructeur au temps des Porsche 956 et 962. La maintenant il va y en avoir plusieurs. Comment mettre tout le monde d’accord ? Ça va être un sacré challenge. Pour ma part, personnellement, je vais en savoir plus bientôt ! Pour savoir ce qui va se passer dans les années à venir. Chaque bon programme est à prendre. Je vais sur 44 ans dans quelques mois, et tant que je suis performant, que je m’amuse et que ça fonctionne comme je l’ai montré cette année, forcément que je veux continuer à piloter le plus longtemps possible. Il évident qu’il y a encore quelques bonne années mais il n’y en a pas encore 15 à ce niveau là ! Enfin j’espère qu’il y en aura encore 15 ! (Rires) J’en suis pas persuadé. Moi tant que ça va, tout va bien ! Tout dépend de combien d’années il vont me proposer. Comment ? Avec qui ? Si c’est pour faire de la compétition client , je ne serai pas démotivé ! C’est évident que je veux en être et piloter cette LMDh ! Il y a une différence entre ce que j’espère et ce que Porsche va décider ! C’est une autre histoire ! Maintenant dans quelle voiture je vais etre et avec qui ? Je n’en sais rien et eux non plus ne savent pas je pense ! Beaucoup de team sont intéressés pour acheter des voitures mais combien il y en aura ? A quel prix ? Chez qui ? C’est assez flou ! Il y a encore pas mal d’interrogation !

 

IntenseMans.fr souhaite une bonne fin de saison à Romain Dumas et le meilleur pour 2022 !

 

La partie 1 :Romain Dumas : L’aventure Glickenhaus, la BOP, bilan de 2021

Crédit photo: Scuderia Glickenhaus (Hide Ishiura Professional Automotive Photography Studio-Zero) et Intensémans.fr

Derniers articles :

La Porsche LMDh a pris la piste

Photo Lane :