Il etait une fois les groupe C : Autos « exotiques » « .

5/5 - (6 votes)

 

Les Groupe C nées Groupe 5 ou Groupe 6

 

DE TOMASO PANTERA C

 

 

La De Tomaso Autoelite- Ford C de 1983 est basée sur la De Tomaso pantera Groupe 5 vue entre autre aux 24h du mans 1979. Cette auto commanditée par Maurizio Micangeli et Carlo Pietromarchi avait été construite par l’officine de Modène de William Sala. Dotée d’un V8 Ford de 5,7 litres ellle fut mise hors course pour distance parcourue insuffisante à la 12ème heure.

 

Surprise à Monza pour l’ouverture du championnat du monde d’endurance 1983 avec la présence de cette De Tomaso modifiée en Groupe C par le spécialiste de la marque Autoelite basé à Fiorano. La carrosserie beaucoup plus compacte avec des portes à faux avant et arrière courts change du tout au tout .

 

Apparue furtivement aux essais, la voiture revient en fin d’année pour les 2 manches Italiennes du championnat d’Europe, Imola et Mugello. Accompagnés de Marcello Gallo les deux Italiens se qualifient 19ème,  loin des deux Lancia LC2 de tête et derrière…. deux BMW M1 Groupe B !

En course c’est l’abandon après 44 tours sur problème d’arbre de transmission. Ce sera mieux au Mugello ou l’auto  aux mains de Pietromarchi- Gallo-  » Spiffero » parvient à terminer 14ème à 36 tours de la Porsche 956 Joëst victorieuse.

 

Ce sera la dernière course d’une voiture construite avec un budget limité et insuffisamment développée.

 

En 2014 on la retrouve en vente restaurée au prix de 195000 $ dans une livrée jaune immaculée.

 

 

DE CADENET LOLA

 

 

 

Cette voiture trouverait ses origines dans la Lola T380 HU1 de 1975 modifiée par Alain De Cadenet avec laquelle son team finit 3ème au 24h 1976.revendu à Simon Philipps, celui ci l’engage au Mans en 1978 et 1979. C’est François Duret qui fut à l’initiative de la transformation de cette Groupe 6 en groupe C pour 1982. Il la confie à Chris Crawford, fondateur avec Ian Harrower de ADA engineering,  pour les modifications. Le plus gros du travail fut d’équiper l’auto d’un toit , d’un pare brise et de déplacer le réservoir d’essence,  le Cosworth DFV 3 litres étant conservé.

 

Après un galop d’essai à Silverstone pour les 1000 kms avec De Dryver et Wilds au volant, la  » De Cadenet  » blanche se retrouve aux 24h du mans. Qualifiée 45ème, Wilds-Harrower-Duret abandonnent peu avant 22h00 sur problème de pompe à essence. Les trois Britanniques reviennent à Silverstone en 1983 , au Mans Sheldon remplaçant Wilds.

 

 

L’auto une nouvelle fois modifiée bénéficie d’un toit plus bas et d’un capot avant plus plongeant. Elle est engagée dans le nouveau groupe C junior face à la sophistiquée Alba , aux Mazda 717 ou aux trop jeunes Harrier et Sthemo. Après une encourageante 12ème place en Angleterre, la vieille Lola se qualifie 38ème avec une amélioration de 4 secondes sur son temps de 1982. En course régulièrement accablée ( pignons de boîte,  moyeu …..) l’ex Groupe 6 termine non classée.

 

Réapparue en 1984 sous le nom de ADA 01 et équipée d’un Cosworth DFL 3,3 litres, la C2 termine 18ème à Silverstone mais abandonne au Mans ou Ian Harrower fait équipe avec les Américains Wolff et Smith.

 

 

Partie en retard suite à des soucis de démarrage, l’ADA connaît des problèmes de surchauffe avant d’abandonner vers 18 heures sur rupture du châssis.

Ce sera la dernière course internationale de cette auto à la ( trop?)  longue carrière.

 

 

LANCIA LC1

 

 

Retour en piste en 1983 de deux Lancia LC1 Groupe 6 2 litres converties aux groupe C pour le Sivama motors. Toujours équipées du 4 cylindres 1600 turbo issu des Bêta Montecarlo Groupe 5, ces 2 autos ne pesaient guère plus de 800 kgs avec l’ajout d’un toit entraînant des modifications aérodynamiques faites par Guglielmo Bellasi en Suisse. Aux  1000kms de Monza le modèle de Sigala-Truffi terminait 8ème puis 5ème au Nurburgring avec l’apport d’oscar Larrauri.

 

 

Moins de chance au Mans ou les 2 autos finirent non classées après un long arrêt le dimanche matin suite à des surchauffes moteur. Retour en piste pour les 2 manches Italiennes du championnat Européen avec une 8ème place pour « Gimax »-Larrauri et une 13ème pour Tabaton-Cunico- Giovanardi à Imola et les 7ème et 9ème places au Mugello. Leur dernière course à Kyalami se soldera par une 14ème place et un abandon. Ces petites autos défavorisées par une puissance de 400 chevaux auront néanmoins enregistré quelques résultats honorables, permettant à Lancia de glaner des points en championnat du monde quand les LC2 officielles n’arrivaient pas à terminer une course en début de saison.

 

 

 

DOME RC 82

 

 

Le constructeur Japonais a fait modifier sa Dome zero Groupe 6 vue au Mans entre 1979 et 1981 par John MC Donald pour poursuivre son aventure Sarthoise en 1982.

Ajout d’un toit, coque renforcée,  réservoirs déplacés furent les principales modifications apportées,  la voiture pesant 900 kgs et étant motorisée par le Cosworth 3,3 litres. Vue à Silverstone avec le fidèle Craft au volant accompagné de Salazar et Boesel, la voiture Japonaise se passera du Brésilien au Mans.

 

Qualifiée 20ème et toujours aussi rapide dans les hunaudières, la Dome sera hélas accidentée au warm up et ne prendra la piste que 2h15 après le départ mais le chassis entraînera son abandon à 01heure du matin.

 

Rachetée par Nick Mason, la Dome revient au Mans en 1983 avec des roues avant passées de 14 à 16 pouces un système de refroidissement modifié et des prises d’air supprimées sur le capot moteur. Le batteur des « pink floyd  » vient prêter main forte aux pilotes 1982 mais toujours sans succès avec un abandon vers 22 heures sur casse de l’embrayage.

 

 

Pour 1984 la voiture est vendue au Dorset racing qui l’engage d’abord à Silverstone ( casse moteur) puis aux 24h du mans avec le trio Faure-Jones-Galvin. C’est encore le moteur qui met fin à sa prestation vers 05 heures du matin alors qu’elle n’avait jamais fait mieux que 26ème. On la reverra furtivement dans le championnat Britannique Thundersport équipé d’un V8 Chevrolet quelques années plus tard . Malheureusement cette adaptation de la Dome n’aura pas connu plus de succès que sa devancière en Sarthe

 

Un grand merci à Fausto Mattei pour ses informations sur la De Tomaso.

 

Crédit photos François Callat, Fausto Mattei

Translate »