Mémoire d’un spectateur, Le dimanche matin

5/5 - (2 votes)

1981- 6 heures dimanche matin. Un tête-à-queue à Indianapolis pour la BMW M1 n°72 de Pierre-François Rousselot, François Servanin et Laurent Ferrier. Elle repartira mais devra abandonner au 212 e tour pour un probleme de boîte de vitesses.

 

Le petit matin est sans doute un des moments les plus représentatifs de l’ambiance particulière des 24 heures du Mans. Après une nuit sur le circuit où, la fatigue aidant, vous vous êtes endormi à même le sol, la fraîcheur ou bien l’odeur du café je ne sais plus, finit par vous réveiller. Le bruit des moteurs est toujours là et dans cette fin de nuit qui peine à se dissiper, les faisceaux des phares balayent encore les fascines. Mais les passages semblent plus espacés. Alors, frissonnant et encore engourdi de sommeil, vous vous approchez de la piste pour vérifier si vos favoris sont encore en course. Mais là aussi la fatigue se fait sentir et quelques fois, certains concurrents vous gratifient d’une figure qui finit par complètement vous réveiller.

 

Extrait du livre de Francis Chanteloup, Mémoire d’un spectateur.

 

Si vous voulez vous replonger dans l’ambiance des belles années de cette course mytique :

Mémoires d’un spectateur de 1964 à 1991, 198 pages, format 250 x 210, plus de 400 photos

Prix 59 € plus les frais d’expédition.

Contact par mail: fchant@free.fr

Contact Facebook via Messenger: Francis Chanteloup

Translate »