Vincent Vosse: Une troisième voiture au Mans ? « Trop tôt ou trop tard »

4.7/5 - (4 votes)

À l’aube de la saison 10 du FIA WEC et de la seconde saison consécutive du Team WRT, Vincent Vosse, le boss de l’équipe belge nous en dit un peu plus sur le présent et l’avenir avec un peu d’humour sur certains sujets brulants. Quelques-unes de ses réponses sont à traduire entre les lignes et chacun les interprètera à son souhait.

 

Pour une première saison, le Team WRT ne pouvait espérer mieux en plaçant la barre très haute sur tous les fronts. Très lucide, humble, Vincent Vosse ne reste pas sur les acquis de 2021 et prend 2022 comme une nouvelle page blanche. « Comme je le dis souvent, on aurait pu effectuer le même travail l’année dernière et ne pas avoir les mêmes résultats. On a mis le doigt sur des points que nous pouvons encore améliorer. Évidemment faire mieux en termes de résultats ça va être compliqué. Déjà nous ne faisons plus l’ELMS. On a perdu une voiture au Mans dans le dernier tour, on va faire en sorte que ça n’arrive plus. On aimerait bien être dans la même situation cette année, avoir nos voitures devant en fin de course. L’objectif est de continuer à évoluer, à s’améliorer, automatiquement on a des choses à apprendre, faire mieux, ça ne va pas être facile, mais on va tout faire pour ! En tout cas, on se prépare pour ! »

 

 

Les équipages WRT ont subi quelques changements par rapport à 2021, néanmoins, la qualité et l’expérience sont toujours au rendez-vous. « Certains de nos pilotes sont passés Gold, automatiquement, il nous en fallait d’autres, Ferdinand Habsbourg va connaitre sa troisième saison consécutive avec nous et Robin Frijns, qui roule avec nous depuis 2015, sont toujours avec nous. Plus sur la même voiture, mais toujours là. René Rast nous rejoint, ce n’est pas tout à fait par hasard. On a d’excellentes relations, il a déjà roulé pour nous. C’est un pilote talentueux avec un grand palmarès. Sean Gelael a montré qu’il avait des capacités à s’adapter à la LM-P2. C’est probablement l’un des meilleurs pilotes Silver à ce jour. Rui Andrade qui roulait avec G-Drive l’an dernier à de l’expérience, l’expérience du Mans et Norman Nato qui était avec Realteam connait le WEC. Concernant ceux qui ne sont plus avec nous, je pense que personne n’avait la volonté d’arrêter la collaboration. Ce sont juste les choses qui ne se sont pas mises comme ont l’aurait voulu, au moment ou l’on voulait. »

 

Au cours du mois de décembre, il fut à un moment question de la venue de Stoffel Vandorne au sein du WRT, les choses ne se sont pas passées comme prévu malgré la volonté et l’importance pour l’écurie belge d’avoir un pilote de la même nationalité . « Ça aurait été pour moi un plaisir d’accueillir Stoffel dans l’équipe, on a eu de très bons résultats en LMP, mais on n’avait pas de pilotes belges, ce que nous avons en GT. Ça aurait été une très bonne chose de pouvoir l’accueillir chez nous. Comme avec certains pilotes de 2021, les choses ne se sont pas faites, le timing n’était pas bon. Ce n’est pas une volonté du WRT de ne pas travailler avec Stoffel, il y a d’autres questions à se poser. Est-ce que Stoffel voulait le faire ? A-t-il eu la liberté de le faire ? Ce qui est sûr, ce n’était pas notre volonté, évidemment en tant que belges ont suit sa carrière depuis le début. »

 

 

En 2021, WRT a choisi la double voie, la combinaison WEC et ELMS, avec deux titres à la clé. Pas simple à réaliser, mais la mission fut grandement réussie. Ils seront bien sûr en FIA WEC, mais ils n’ont pas pris la décision de défendre leur titre dans le championnat européen. « On a un programme important en WEC avec 2 voitures, ce que nous n’avions pas l’année dernière. Si on veut bien faire les choses, je pense qu’il faut pouvoir se concentrer. Le fait d’avoir 2 voitures en WEC ne nous permettait pas de nous concentrer et de bien faire les choses en ELMS. »

 

Le tout jeune retraité Valentino Rossi est un nouveau venu dans l’écurie, il attire déjà beaucoup l’attention des suiveurs de sport mécanique. Lui-même avait déjà évoqué son envie de courir les 24 Heures du Mans. Sa nouvelle carrière de pilote automobile n’est pas vraiment un début, avec par le passé des tests en F1, du rallye et quelques courses sur circuits. C’est du côté du GT World Challenge qu’il s’est engagé. « Les discussions que nous avons eues ensemble, ont plutôt porté sur le GT et GT World Challenge, ça a toujours été une volonté de sa part et de la nôtre, d’avoir un programme qui lui offrait plusieurs week-ends de courses pour qu’il puisse s’épanouir. » Ce n’est donc pas encore l’heure pour « The Doctor » de s’assoir dans un prototype. « On ne peut pas dire qu’il soit à un stade d’apprentissage. On ne peut pas dire non plus que ça soit un pilote d’expérience. Il y a encore beaucoup d’inconnues. C’est un pilote d’exception. Mais c’est un pilote d’exception sur une moto. C’est quelqu’un de très curieux. Qui a envie de s’épanouir sur quatre roues. On va le mettre dans des conditions optimums. Maintenant, il faut aussi lui laisser un petit peu de temps d’adaptation. Laissons le temps à Vale de s’adapter, quand on atteint ce niveau dans le sport et cette capacité à travailler, on a et il a la volonté de faire aboutir ses projets. C’est ce qu’il a en tête et ce que nous avons aussi en tête. C’est en travaillant en semble que l’on va y arriver. »

 

 

 

L’une des deux voitures engagées en FIA WEC se nomme Realteam by WRT et qui apparait sous pavillon suisse, une union des deux entités unies pour développer l’avenir. « C’est une discussion que nous avons avec Esteban Garcia depuis pas mal de temps, on a évoqué ensemble différentes possibilités, Esteban a pensé qu’il serait bien de soutenir l’équipe et d’être avec nous pour cette saison. Avec Norman Nato qui roulait avec eux l’année dernière en WEC, il pourrait y avoir un projet dans le futur avec Esteban qui se développerait sur diffèrent sujet. C’est encore assez flou, mais c’est une volonté de collaborer ensemble. »

 

En janvier dernier, Vincent Vosse, a eu des des envies de voyage outre atlantique, à Daytona. « On travail sur différents projets, début de saison rime avec 24 Heures de Daytona, c’est une course à laquelle on a déjà participé à plusieurs reprises, il n’est pas à exclure de nous y voir là-bas à l’avenir, c’était une manière d’y préparer le terrain. »

 

Quelques rumeurs de paddock ont fait courir le bruit qu’un programme d’essai de quarante jours serait prévu au cours de l’année 2022. Et bien oui, il y a bien un programme d’essai à venir.  » Oui, on continue à développer la Fun Cup, qui est une catégorie sur laquelle on est très impliqués. Nous construisons toutes les voitures et on a prévu de continuer le programme d’essais. (Silence puis un grand éclat de rire). » Vous imaginez bien la scène, l’humour belge n’est pas mythe.

 

 

 

 

Toujours à propos de ces rumeurs concernant un constructeur allemand, ayant pour symbole des anneaux. Le recrutement de certains pilotes laisse à penser que nous ne sommes plus très loin d’y joindre les deux bouts. Quelques-uns de ces pilotes ont déjà une histoire avec ce fameux constructeur. Le WRT possède également un vivier de pilotes GT et prototype rapide et expérimenté. (BENJAMIN GOETHE, CHRISTOPHE HAASE, CHRISTOPHE MIES, DRIES VANTHOOR, FERDINAND HABSBOURG, NORMAN NATO, RENÉ RAST, ROBIN FRIJNS, RUI ANDRADE, SEAN GELAEL, THOMAS NEUBAUER, VALENTINO ROSSI). Cette réflexion n’engage pas seulement sur ce point et il n’était pas possible de ne pas évoquer le sujet avec Vincent concernant l’avenir de ces pilotes. « Le but en général quand on s’associe avec des pilotes, je ne prévois pas une séparation 12 mois plus tard. Beaucoup de ces pilotes roulent pour nous depuis quelques saisons, il y a un fil conducteur, c’est important pour nous la fidélité que l’on a avec nos pilotes. On a eu d’excellents pilotes chez nous et on continue dans ce sens-là. »

 

Après l’excellente saison 2021 du WRT, deux voitures sont engagées en FIA WEC et donc automatiquement au départ des 24 Heures du Mans 2022, deux invitations sont également à disposition. Via Endurance Info, Vincent Vosse a déclaré être à l’écoute d’un éventuel engagement d’une troisième voiture. À quelques jours de l’annonce de la liste des engagés, les jeux sont faits en coulisse. Cet entretien à eu lieu cette semaine, précision importante pour la réponse à venir, et vous y comprendrez ce que vous voulez. « C’est un peu tard, ou un peu tôt. J’ai toujours dit que l’on serait intéressés par une troisième voiture à partir du moment ou ça nous apporterait quelque chose sportivement. On a plus beaucoup de temps à attendre avant de le savoir. La liste est pour le 28, plus beaucoup de temps à attendre, je me réjouis. » Il ne reste qu’a attendre la liste des engagés de ce lundi 28 février et de souhaiter une bonne saison au WRT.

 

Crédit photo: WRT/ DecancqPhoto