Aston Martin Groupe C, une présence en pointillés: EMKA et Cheetah, les clients Tickford

4.5/5 - (2 votes)

Nimrod n’aura pas été le seul à représenter Aston Martin aux débuts du groupe C, EMKA et Cheetah ont aussi fait rugir le gros V8 5,3 litres.

 

EMKA

 

C’est Steve O’ Rourke, le manager des pink floyd qui est à l’origine de cette nouvelle marque. Ce nom est l’acronyme de EMma et KAtherine, les deux filles de O’Rourke et il a déjà été utilisé comme nom d’équipe pour engager des Ferrari 512BB puis BMW M1 au Mans ou en championnat du monde d’endurance.

 

L’EMKA C83/1 (châssis 01) a été conçue par Len Bailey, l’auteur de la Ford C100 1981, ce qui se voit esthétiquement parlant. Il s’agit d’un monocoque en alu construit par Maurice Gomm, carrossé par Protoco et construit puis exploitée par le Michael Cane racing. L’EMKA bénéficie d’un léger effet de sol et du moteur Aston Martin modifié pour 1983 dès ses premiers tests à Goodwood à la mi-avril.

 

Sa première course se déroule en terre Britannique lors des 1000 kms de Silverstone. Qualifiée 17ème, 2 places et 1,7 secondes  derrière la Nimrod du Viscount Downe, l’EMKA joue de malchance en abandonnant dans le dernier tour suite à un problème de suspension alors qu’elle pointait à la 13ème place.

 

Passage de la numéro 41 à Mulsanne.

 

Sa course suivante, les 24 heures du Mans sera aussi sa dernière. Pilotée par Tiff Needell, Steve O’Rourke et Nick Faure ( à la place de Jeff Allam ), l’EMKA  pointe 25ème sur la grille en 3’42 »23, 6 secondes derrière la Nimrod. Elle achève la première heure à la 24ème place avant de rencontrer des soucis 1h30 après le départ puis elle perd 2h15 sur des problèmes de demi train arrière droit peu avant 4 heures du matin. L’équipe sera néanmoins récompensée par une arrivée à la 17ème place avec le titre de première voiture Britannique classée.

 

prête à courir au coté de l’Alba C junior

 

L’équipe EMKA fait une pause en 1984 afin d’améliorer une auto qui n’a pas donné entière satisfaction. C’est Richard Owen vu chez BRM, TWR ou Williams qui se charge de modifier l’EMKA. La C84/1 ( chassis 02) est mise en chantier avec une carrosserie- capot arrière- et une suspension arrière modifiée. A Silverstone pour les 1000 kms de 1985 l’EMKA pèse 880 kgs, 20 de moins qu’en 1983. Après avoir gagné plus de….4 secondes aux essais, l’EMKA confiée à Needell-O’Rourke-Evans abandonne malheureusement après 70 tours parcourus sur casse moteur.

 

retour à Silverstone

 

Les 24 heures du Mans arrivent ensuite avec le  même trio au volant qu’en 1983. Aux essais Tiff Needell réalise une belle performance en gagnant plus de 9 secondes sur son temps réalisé 2 ans plus tôt! En 3’33 »12 il égalise le meilleur temps de la Nimrod-Aston Martin de Ray Mallock l’année précédente et pointe au 13ème rang. Le début de course de ce même Needell est prometteur car il roule parmi les bonnes Porsche privées, monte au 3ème rang et pointe en tête pendant 3 tours !!!! Cette performance s’explique par un premier ravitaillement éclair d’un demi plein au bout de 45 minutes de course.

Pendant les 6 heures suivantes la voiture Britannique pointe entre la 9ème et la 13ème place avant de chuter un peu au classement suite à un changement de plaquettes de frein. Sa course sera ensuite très régulière mais un arrêt de 43 minutes  ( réparation du circuit hydraulique ) peu avant 11 heures du matin l’empêche de faire mieux que 11ème derrière les Porsche et Lancia. Il se dit aussi qu’il a fallu surveiller la consommation en fin de parcours…

Satisfaction néanmoins pour ce team qui devance Jaguar et Toyota et remporte pour la second fois le titre de meilleure voiture Britannique!

 

la meilleure performance , Le Mans 1985

 

On reverra l’EMKA dotée de son capot arrière court aux 1000 kms de Spa et de Brands Hatch mais un problème de pression d’essence en Belgique et de distribution en Angleterre l’empêcheront de voir le drapeau à damiers.

 

capot arrière court à Brands Hatch

 

Ainsi s’achève l’aventure EMKA groupe C, un projet réalisé avec un budget très mesuré par pur plaisir de rouler avec un bolide 100% « British ». Steve O’Rourke reviendra au Mans dans les années 90 avec une Porsche 911 puis une mc Laren F1 mais ceci est une autre histoire!

 

 

Cheetah

 

Chuck Graemiger fut mécanicien pour Jonathan Williams, Ronnie Peterson ou Carroll Shelby avant de piloter à la fin des années 60 une Chevron B8. Il décide ensuite de devenir constructeur d’autos de course et à partir de 1975 naissent les Cheetah groupe 6 moins de 2 litres que l’on verra notamment aux 24 heures du Mans en 1977,1978 et 1979.

Pourquoi Cheetah?  Parce que le concepteur Suisse aime le Guépard, Cheetah en Anglais, pour son allure et sa rapidité, des qualités qu’il veut donner à ses autos.

 

A l’avènement du groupe C, Graemiger décide de construire une nouvelle auto, la G603- Cosworth 3,9 litres que l’on voit en 1983 aux 1000 kms de Spa ainsi qu’aux 1000 kms d’Imola ( 9ème) ou du Mugello (8ème).

 

Pour 1984 une nouvelle auto apparait tardivement, la G604. Apparemment très similaire à la G603, la G604 est munie d’un chassis carbone construit par Advanced composites, une première en groupe C !! Le V8 Cosworth jugé trop destructeur est remplaçé par le V8 Aston Martin Tickford et l’auto pèse 870 kgs, un poids correct pour la catégorie. La G604-1 débute aux 1000 kms de Spa 1984 aux mains de bernard De Dryver et de…Ray Mallock, libéré par la fin de l’aventure Nimrod/Viscount Downe. Qualifiés 19ème les deux hommes abandonnent sur panne moteur.

 

L’auto réapparait en 1985 pour 7 manches du championnat du monde d’endurance. Les pilotes se succèdent à son volant , au Mugello et à Monza le duo De Dryver-Brancatelli abandonne sur problème de carrosserie arrière et sur problèmes électriques. A Silverstone le pilote Belge est rejoint par John Cooper et John Brindley  mais la Cheetah ne connait pas plus de réussite avec un abandon sur problèmes de suspension.

 

Viennent ensuite les 24 heures du Mans.

Pilotée par De Dryver- Cooper- Bourgoignie la G604 se qualifie à une très discrète 41ème place en 3’58 »33, à plus de 25 secondes de l’EMKA!!! La prestation en course sera plutôt courte : Retardée après 40 minutes par des outils éparpillés dans l’habitacle(!!), la Cheetah perd 43 minutes vers 17 heures pour remettre en état son carénage inférieur et abandonne peu avant 20 heures sur sortie de route à Indianapolis suite à une roue arrière droite sectionnée! La voiture Suisse occupait alors le 37ème rang ; Seule légère consolation, un meilleur tour en course effectué en 3’43 par John Cooper plus conforme aux performances d’une C1.

 

course éphémère au Mans

Après Le Mans l’aileron arrière est monté plus haut avec des supports modifiés. A Hockenheim Cooper et Needell libéré par l’absence de l’EMKA renoncent sur piston défaillant. Chuck Graemiger décide alors de préparer lui-même le V8 Aston Martin, une excellente décision car à Spa-Francorchamps l’auto qualifiée 16ème avec un temps amélioré de 11 secondes par rapport à 1984 termine 10ème avec De Dryver-Dieudonné-Bourgoignie. Hélas à Brands Hatch la Cheetah qualifiée en 12ème position abandonne de nouveau suite à un problème de roulement de roue avec De Dryver-Brinley-Regout au volant.

 

1000 kms de Brands Hatch: encore un abandon.

En fin de saison le sponsor Gatoil se retire et l’auto est vendue plus tard au Suisse John Salmona qui l’engage dans quelques manches supercup à la fin des années 80.

 

rare photo en Supercup.

la jolie Cheetah à la finition impeccable aura donc eu une carrière modeste et malheureusement l’aventure s’est arrêtée au moment ou les progrès étaient réels. Chuck Graemiger construira une nouvelle groupe C pour 1991 , une 3,5 litres vue furtivement sous le nom Roc et exploité par le team de Fred Stalder

 

Réunion de famille avec la « Roc ».

crédit photos: Paul Kooyman, Jean-Luc Chétif.

La partie 1 Aston Martin groupe C , une présence en pointillés : 1.Nimrod

La partie 3: Aston Martin groupe C, une présence en pointillés: AMR1, l’éphémère retour officiel

 

A suivre: AMR1, l’éphémère retour officiel.

 

 

Translate »