Il etait une fois les groupe C : 24 heures du Mans 1990, partie 3.

5/5 - (4 votes)

Revenons au déroulé de la course après les 12 premières heures …..malheurs chez Schuppan ou les deux 962 connaissent des problèmes d’échappement,  c’est même la seconde fois pour la bleue « Omron », la rouge effectuant  elle son remplacement en une heure.

 

Situation également difficile chez Italya sport / RLR ou la numéro 43 rentre au stand en feu et abandonne à 05h35.

 

 

Chez Jaguar,  Franz Konrad se fait une frayeur au ralentisseur Nissan et perd 10 minutes au stand pour changer capot avant, pare brise et portière gauche. La troisième place s’envole au « profit » de la septième avec un passif de 3 tours, de quoi laisser une seule Jaguar aux prises avec la Nissan numéro 83 fort proche et la 962 de Walter Brun. La numéro 1 quand à elle est victime d’une surchauffe de son V12 peu avant 07 heures et abandonne,  laissant définitivement Martin Brundle rejoindre la XJR12 de tête.

 

En C2 des problèmes de boîte ont relégué la Spice Chamberlain à 10 tours de sa sœur du PC automotive et la vaillante ADA, longtemps troisième, abandonne suspension arrière cassée au ralentisseur Dunlop à 06 heures du matin.

 

Ne reste plus que des Spice et une Tiga très attardée dans ce groupe. Les 2 Mazda survivantes pointent aux vingt-deuxième et trente-septième positions autour de 06 heures du matin mais la 787 rencontre d’insolubles problèmes électriques et renonce laissant la 767B seule en GTP.

 

Coup de théâtre vers 08h45, la dernière Nissan en lice pour la victoire est victime d’une fuite d’essence,  la branche Nissan usa tentant vainement un changement de réservoir…. Le duel Jaguar Nissan Porsche devient alors un plus traditionnel duel Anglo- Allemand. Au 3ème rang se trouve maintenant la 962 Joëst numéro 7 à 6 tours devant la Jaguar numéro 2, la Nissan R90CP et la Porsche Alpha de Needell- Sears-Reid. Chez les leaders du C2 un changement de bras de suspension vers 08 heures a permis à la Spice Chamberlain de revenir à 3 tours. Les Spice Graff et Mako suivent loin derrière devant les deux autos du GP motorsport,  la Tiga devant la Spice.

La Spice du team Mako

La Spice de Lombardi , leader des premières heures a disparu sur accident peu avant 07 heures du matin. La Spice 3,5 litres censée représenter le futur de la catégorie dès 1991 connaît une course anonyme et pointe vingt-deuxième , victime de problèmes de boîte de vitesse mais il y a plus malheureux en C1avec les Porsche de Lee Davey qui passent pas mal de temps dans leur box pour des raisons diverses. Autour de 10 heures duel entre Porschistes Japonais,  la Schuppan numéro 33 et la Trust numéro 63 pour le gain de la quinzième place, loin de l’alpha maintenant excellente cinquième.

 

En tête sensation à 11h30 quand la Jaguar numéro 3 s’arrête 6 minutes pour un changement d’étrier de frein avant gauche et de plaquettes , de quoi faire fondre de 3 à 1 tour l’avance sur Brun-Pareja-Larrauri ! Disparition de la Jaguar numéro 4 sur laquelle l’infortuné Salazar avait été  » reclassé « , moteur « out » suite à une surchauffe…. elle était tombée au onzième rang. Soucis également chez Joëst ou la numéro 7 toujours troisième perd 18 minutes à 12h47 pour un changement de watergate. Adieu podium, la Jaguar numéro 2 en profite ainsi que la 962 Alpha et la Nissan Japonaise.

Côté Cougar on pointe neuvième derrière la 962 numéro 9 de Bob Wollek et la Toyota numéro 36 qui se rapproche de la Nissan. Record du tour confirmé pour Nissan avec un 3’40″03 pour Steve Millen dont c’est la première course avec ce genre d’autos ! Remue ménage en C2 , la Spice Chamberlain casse son moteur sur les coups de midi.

 

En GTP,  l’esseulée Mazda qui a perdu 1h30 sur un problème de commande de boîte en début de matinée remonte petit à petit vers le top 20 : objectif,  dépasser le leader du C2 !

 

Effervescence dans le top 5: la Nissan connaît des soucis de boîte de vitesse et voit se rapprocher la Porsche de Stuck à laquelle elle ne pourra résister mais aussi la Toyota et la Cougar en pleine bagarre. L’heure est donc grave chez les Nippons ou la place de meilleure marque Japonaise est en jeu !

 

Pour la victoire la Jaguar maintient son tour d’avance, rien n’est joué donc ! La moyenne horaire reste de 204 km/h depuis la 17ème heure et on ne s’attend pas à une relâche dans la dernière vu le faible Écart entre les deux premiers. C’est un coup du sort qui va sceller le résultat. A 15h45, soit à 15 minutes du but la Porsche Brun se met à fumer dans les hunaudières entre les 2 chicanes !! Jésus Pareja ne dépassera pas Mulsanne, moteur cassé ! Le malheureux pilotes Espagnol abasourdi va rejoindre les panneauteurs de son écurie pour un peu de réconfort….

 

Jaguar tient sa victoire et même son doublé avec la numéro 2 qui l’a rejointe pour 1 arrivée en famille.

 

L’invitée surprise est la Porsche Alpha de Needell-sears -Reid , troisième à sept tours qui devance de 2 tours la Porsche Joëst de Stuck- Bell- Jelinski bien remontée en fin de parcours. La Nissan sauve sa cinquième place avec 1 tour d’avance sur la Toyota et la Cougar . Les Manceaux nourriront quelques regrets à l’arrivée car un réglage électronique du moteur vers 10 heures avaient rendu le flat 6 Porsche moins performant…. La seconde 962 Joëst de Bob Wollek termine huitième,  1 tour derrière la cougar et 5 devant la 962 Primagaz/ Obermaïer de Laessig-Yver-Altenbach très régulière.

Enfin maigre consolation pour le Brun motorsport avec la dixième place de la numéro 15 victime de problèmes de frein réguliers.

 

 

La Spice usine termine à une modeste dix-huitième place, la Mazda rescapée se classe vingtième dans le même tour que la Spice PC automotive, vingt-et-unième et leader en C2.

 

La Tiga lanterne rouge termine à 105 tours de la Jaguar victorieuse. Ainsi s’achève une édition des 24heures du Mans de toute beauté marquée par une forte affluence ….malgré les chicanes qui n’auront pas plus mises à mal la mécanique,  malgré la guerre ACO/FISA  et malgré l’absence de Mercedes (Sauber) ….

Comme on dit, les absents ont toujours tord !

 

La partie 1: Il était une fois les groupe C….. les 24 heures du Mans 1990, partie 1

La partie 2: Il était une fois les groupe C…… les essais et la course ici.

 

Crédit photos : Nino Barlini,  John S Allen,  Stéphane Cavoit.